Cie Encorps à Venir

Fondée en 2002 par Adéli Motchan à Grenoble, la Cie Encorps à venir créer des formes d'interventions aux frontières de la danse, de l'installation plastique, de la photographie et de la mise en scène théâtrale. Elle tend à unir ces disciplines en un seul langage artistique.


"Sous la pluie noire" Photo Laurence Fragnol
Depuis 2008, Adéli Motchan travaille avec la complicité d'artistes/techniciens associés.

 Les acteurs et/ou danseurs sont invités selon la composition de l'équipe et participent à une création collective.

La compagnie se distingue par un travail de scénographie proche de l'installation plastique et d'une esthétique atypique (imagerie étrange et/ou surréaliste):


invention de machineries, théâtre d'objets mouvants ou é-mouvants, animés ou inanimés, masques, manipulations d'objets, lumières provenant de constructions ou d'objets détournés et de ses intensités.


utilisation d’un procédé temporel qui permet de dilater, de densifier ou de varier le temps des actions : lenteur, immobilité, épaisseur... et d'un choix particulier du traitement de la lumière provoquant l’hypnose ou l’illusion d'optique, la tension, le flou et l'adaptation de la pupille.


Il se joue aussi une mise en relation directe avec la musique, par des compositions originales jouées par un musicien en direct.


Issue du cirque (jonglage contemporain), Adéli utilise l'objet et la manipulation d'objet tant dans le soin de son importance esthétique que de son traitement lui donnant une existence propre et graphique dans la composition de l'espace.


Elle traite les corps en mouvement entre précision et exigence du geste, entre métamorphose et précipitation, entre beauté et difformité, entre arrêt et immobilité à travers différents systèmes du corps, aimant à laisser voir le détail ou l'intime de l'action.



Chacune des pièces convoque le spectateur à une attention et une écoute méticuleuse, à aiguiser son regard : Nous cherchons des «états» pour nous éclairer. Nous cherchons à révéler un certain imaginaire. Nous cherchons le seuil d'une transformation immanente.